Accueil Biographie Personnages Contact Sites partenaires
»L'Étourdi ou les contretemps
»Les Precieuses ridicules
»Le Dépit Amoureux
»Sganarelle ou le cocu imaginaire
»Dom Garcie de Navarre ou le Prince jaloux
»L'École des maris
»Les Fâcheux
»L'École des femmes
»La Critique de L'École des femmes
»L'Impromptu de Versailles
»Le mariage forcé
»La Princesse d'Élide
»Le Tartuffe ou l'Imposteur
»Dom Juan ou le Festin de pierre
»L'Amour Médecin
»Le Misanthrope
»Le médecin malgré lui
»Mélicerte
»Pastorale comique
»Le Sicilien ou l'Amour peintre
»Amphitryon
»George Dandin ou le mari confondu
»L'Avare
»Monsieur de Pourceaugnac
»Les amants magnifiques
»Le bourgeois gentilhomme
»Psyché
»Les fourberies de Scapin
»La Comtesse d'Escarbagnas
»Les Femmes savantes
»Le Malade imaginaire
     
Actes de l'oeuvre
L'École des maris :

¤Acte 1
¤Acte 2
¤Acte 3
ºACTE III, SCÈNE PREMIÈRE
ºSCÈNE II
ºSCÈNE III
ºSCÈNE IV
ºSCÈNE V
ºSCÈNE VI
ºSCÈNE VII
ºSCÈNE VIII
ºSCÈNE IX
 
 

 

L'École des maris » Acte 3 » SCÈNE IX

ISABELLE, VALÈRE, LE COMMISSAIRE, LE NOTAIRE, ERGASTE, LISETTE, LÉONOR, SGANARELLE, ARISTE.


ISABELLE
Ma sœur, je vous demande un généreux pardon,
Si de mes libertés j'ai taché votre nom;
Le pressant embarras d'une surprise extrême,
1080 M'a tantôt inspiré ce honteux stratagème:
Votre exemple condamne un tel emportement,
Mais le sort nous traita nous deux diversement;
Pour vous* je ne veux point, Monsieur, vous faire excuse,
Je vous sers beaucoup plus que je ne vous abuse;
1085 Le Ciel pour être joints ne nous fit pas tous deux,
Je me suis reconnue indigne de vos vœux*,
Et j'ai bien mieux aimé me voir aux mains d'un autre,
Que ne pas mériter un cœur comme le vôtre.

VALÈRE
Pour moi je mets ma gloire et mon bien souverain
1090 À la pouvoir, Monsieur, tenir de votre main.

ARISTE
Mon frère doucement, il faut boire la chose,
D'une telle action vos procédés sont cause,
Et je vois votre sort malheureux à ce point,
Que vous sachant dupé l'on ne vous plaindra point.

LISETTE
1095 Par ma foi je lui sais bon gré de cette affaire,
Et ce prix de ses soins est un trait exemplaire.

LÉONOR
Je ne sais si ce trait se doit faire estimer,
Mais je sais bien qu'au moins je ne le puis blâmer.

ERGASTE
Au sort d'être cocu son ascendant* l'expose,
1100 Et ne l'être qu'en herbe est pour lui douce chose.

SGANARELLE
Non, je ne puis sortir de mon étonnement*,
Cette déloyauté confond mon jugement*,
Et je ne pense pas que Satan en personne,
Puisse être si méchant qu'une telle friponne,
1105 J'aurais pour elle au feu mis la main que voilà,
Malheureux qui se fie à femme après cela,
La meilleure est toujours en malice féconde,
C'est un sexe engendré pour damner tout le monde;
J'y renonce à jamais à ce sexe trompeur*,
1110 Et je le donne tout au diable de bon cœur.

ERGASTE
Bon.

ARISTE
Allons tous chez moi. Venez Seigneur Valère,
Nous tâcherons demain d'apaiser sa colère.

LISETTE*
Vous, si vous connaissez des maris loups-garous,
Envoyez-les au moins à l'école chez nous.